Passer au contenu

Des « fake news » et du « hate speech »

Les virus biologiques

En biologie, un virus est porteur d’informations génétiques pouvant s’insérer dans une cellule et perturber son fonctionnement.

La première perturbation induite par le virus consiste à reprogrammer la cellule afin qu’elle en produise des répliques. Ces nouveaux virus infecteront d’autres cellules voisines. Accessoirement la cellule infectée n’assure plus son propre fonctionnement et finit par mourir.

Pour protéger une cellule, on peut tenter de la placer dans un environnement aseptisé. Quand il s’agit d’organismes pluricellulaires complexes, supprimer tout virus est impossible.

La meilleure alternative que l’on ait trouvé est la vaccination : cela consiste à enseigner à l’organisme à se défendre tout seul, en l’exposant volontairement à une variante amoindrie du virus, comme pour un entraînement. Ultérieurement, en présence du vrai virus, l’organisme aura développé ses défenses immunitaires, rejettera le virus et ne sera plus infecté.

Les virus informationnels

Du moment que n’importe qui peut écrire n’importe quoi, il y a évidemment des tas de débordements. On parle souvent de « fake news » et de « hate speech », autrement dit les « fausses nouvelles » et les « discours de haine ». Si ces phénomènes n’ont rien de nouveau, Internet leur a apporté une nouvelle dimension : une portée bien plus large, et une illusion d’anonymat qui désinhibe la parole.

En réponse, les pouvoirs publics privilégient généralement la réponse législative : interdire certains propos, sanctionner les coupables. Ce type de réponse pose deux problèmes démocratiques :

  • En protégeant ainsi la population, on l’infantilise : dans un univers d’informations filtrées, le sens critique s’émousse, et dès lors, le système entier devient vulnérable à toute fausse information accidentelle.
  • Une fois les moyens de censure mis en place et acceptés, le pouvoir peut aisément faire taire tout propos contestataire, fût-il légitime, au prétexte du maintien de l’ordre public.

L’alternative réside dans l’éducation au sens critique de chacun, afin de pouvoir faire confiance aux citoyens pour exercer leur discernement entre le vrai et le faux, et à les rendre insensibles aux discours de haine.

L’éducation est le seul moyen de préserver une vraie démocratie constituée de citoyens libres et éclairés, pas forcément d’accord, mais capables de débattre. « La violence est le dernier refuge de l’incompétence », alors pour éviter la violence, améliorons les compétences.

Illustration dans cette courte vidéo.

Soyez le Premier à Commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.